Skip to main content

Gare aux fausses alarmes : la facture peut être salée

Connaissez-vous les nouvelles perspectives et solutions qui optimisent votre sécurité et minimisent le taux de fausses alertes? Nous composons pour vous la meilleure solution et vous épargnons stress et coûts supplémentaires. Lisez notre article pour comprendre comment cela fonctionne.

Publié
06 novembre 2022 08:12
Fausses alarmes

Les centrales de réception d’alarme professionnelles (ce qu’on appelle SOC chez Protectas « Security Operations Center ») reçoivent chaque jour des milliers d’alarmes à traiter. A titre d’exemple, dans nos 2 centres à Zurich et Genève, nous recevons en moyenne 800 alarmes vidéo par jour.

Dans une extrême majorité des cas, il ne s’agit que de « fausses alarmes ». Il ne faut pas croire que la technologie ne fonctionne pas et que les systèmes d’alarmes détectent des fantômes. Il s’agit bien souvent d’animaux, d’ombres ou de végétation. Ceci est la conséquence de systèmes mal réglés, souvent mal utilisés (temporisation trop courte), ou de personnes ayant été mal formées ou se trompant de codes.

Ces alarmes sont cependant toutes traitées sans exception par les opérateurs. Ces derniers, afin de pouvoir effectuer un travail de qualité, ne doivent pas être confrontés aux mêmes alarmes ou défauts techniques régulièrement. En effet, la vigilance se réduit si de manière récurrente toujours le même capteur ou caméra génère une alarme. Cela deviendrait une (mauvaise) habitude et banaliserait l’alarme.

Notre métier consiste à constamment chercher des solutions pour remédier à cet état de fait et nous allons vous livrer quelques réflexions basées sur notre expérience.

Aujourd’hui, de plus en plus de fabricants proposent des solutions « sans fils » pour leurs alarmes. Les mises en services sont devenues simples, la communication est (doit être) encryptée et peu de problème de pertes de connexions sont à constater.

La seule différence avec les capteurs filaires (bien plus onéreux à installer) est la présence de piles/batteries qui doivent être changées lors des maintenances.

La maintenance reste donc un point essentiel.

Souvent, les clients privés sont attirés par les prix « avantageux » des solutions « Do It Yourself ». Une mauvaise configuration / un mauvais paramétrage générera plus d’alarmes et plus de levées de doutes – c’est généralement le propriétaire qui les reçoit directement sur son Smartphone du propriétaire et se pénalise ainsi lui-même-.

La signature d’un contrat de maintenance permet au propriétaire du système d’alarme de minimiser le risque d’alarmes techniques par un suivi régulier lors des maintenances préventives. Il est encore possible d’aller plus loin avec des contrats « managed by » ou « all-inclusive » avec lesquels un monitoring technique est effectué et des interventions réalisables à distance.

En ce qui concerne les alarmes extérieures / la surveillance périmétrique, le choix éclairé des technologies adéquates est primordial. Un conseiller expert saura choisir entre le radar, une caméra infrarouge ou thermique en fonction de la végétation, du site et des conditions météorologiques locales.

 

 

Une fois ces paramètres de contexte local (visites récurrentes, animaux, végétation, saisonnalité) analysés, il convient de laisser la possibilité au spécialiste de vous guider et vous expliquer les meilleurs choix technologiques. Une nouvelle fois, j’insiste sur le fait de mettre en place un contrat de maintenance préventive pour pouvoir mettre à jour les configurations des zones surveillées, car les arbres et buissons poussent ou sont arrachés, générant alors bien souvent de nouvelles (fausses) alarmes.

Pour terminer, de plus en plus de prestataires proposent de l’intelligence artificielle (IA) pour filtrer les (fausses) alarmes. Protectas a débuté les tests en Suisse avec la solution Calipsa pour optimiser la transmission des alarmes au SOC, après le filtrage par une intelligence artificielle (IA). Les résultats sur le 1er site de test sont très encourageants avec un filtrage de 80% de faux événements (voir ci-dessous exemple de détection d'un humain et d'une araignée, tous les 2 catégorisés correctement). Une fois les tests terminés, le modèle commercial sera finalisé.

 

 

’Bien qu’adhérant à cette innovation, je reste persuadé qu’il reste toujours préférable de travailler en amont sur le concept, le design et avoir une boucle de correction incluse dans de la maintenance préventive, plutôt que de ne s’appuyer que sur l’IA.

En résumé, trois points doivent vous guider dans vos réflexions si vous souhaitez mettre en place un système d’alarmes qui optimise le nombre de détections :

  1. Le bon design des solutions (comme la position des capteurs avec la technologie adéquate)
  2. La bonne configuration (type d’analytique utilisé pour la détection : zone, cross-line, double cross-line…)
  3. Maintenance ou « Managed By » (vérifiez toujours qu’un tel contrat est proposé)

Contactez-nous !

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter. Nos experts en solutions de surveillance en intérieur / extérieur se feront un plaisir de vous répondre.

Nous contacter