Un allié précieux dans la jungle des formations

Tous les deux ans en octobre, environ 60'000 personnes, dont 24'000 écoliers et écolières, se rendent au Salon des métiers de Bâle-Campagne (Baselbieter Berufsschau) pour y recueillir des informations sur les orientations, filières et parcours professionnels proposés dans leur canton. Près de 150 exposants, dont 60 associations professionnelles, présentent ainsi 220 métiers sur un site d’exposition de 8'000 mètres carrés, alternativement à Liestal et à Pratteln.

Un espace de découverte dédié au monde du travail 

À l’âge de 13 ou 14 ans, la plupart des écoliers et écolières n’ont pas encore d’aspiration professionnelle clairement définie. A la recherche d’informations pertinentes, ils consultent le web, mais « le contact personnel et la possibilité de voir une place de travail ‹ en vrai › ont plus d’impact que le meilleur des interfaces numériques. La Berufsschau permet aux adolescent-e-s de se faire une idée concrète du monde du travail », explique Urs Berger, Directeur Adjoint et Responsable de la formation professionnelle auprès de la Chambre de commerce de Bâle-Campagne. Soutenu par un comité d’organisation, il est chargé de l’organisation de la Baselbieter Berufsschau depuis 1999.
 

Premier contact avec les métiers

Pour préparer leur avenir professionnel, les jeunes veulent découvrir des métiers et pouvoir les vivre « en direct ». Suivant la devise «Touchez, s’il vous plaît», des stands de tous les secteurs professionnels proposent des présentations de travail réalistes sous forme de postes de travail entièrement équipés, incluant matières premières, machines, appareils, équipements, outils, instruments, accessoires et uniformes. Partout, les participant-e-s sont invité-e-s à assembler, marteler, monter, mesurer, souder, entretenir, programmer et ... partager des discussions passionnées avec les apprenti-e-s et les enseignant-e-s. Côtoyer des expert-e-s suscite beaucoup intérêt et permet de trouver réponse aux nombreuses questions allant de la formation initiale aux possibilités de carrière et de formation continue. 
 

Priorité absolue à la sécurité pour tous

Le salon des métiers est un événement majeur, présentant des dangers et des dommages potentiels spécifiques. « Confrontés à une multitude de risques, nous attachons une très grande importance à la sécurité », indique Urs Berger. Depuis 2006, il est soutenu par Protectas qui fournit toutes les solutions de surveillance et de protection ainsi que le personnel nécessaire pour assurer la sécurité sur place. Grâce à cette longue et étroite collaboration, la manifestation ne connait pas de vols, vandalisme ou autres incidents, que ce soit avant, pendant ou après la manifestation.

Approche intégrée de la sé curité 

Le portefeuille prestations est constitué de tâches nombreuses et variées qui ne peuvent être menées à bien que grâce à une planification minutieuse élaborée d’un seul tenant. D’un côté, il s’agit de sécuriser jour et nuit l’ensemble de la zone d’exposition, les tentes et tous les stands, y compris les machines, outils et ordinateurs, afin de prévenir des pannes ou des vols. D’autre part, la logistique très complexe du montage-démontage dans les jours précédant et suivant le salon exige une planification et une coopération extrêmement rigoureuses – les interventions sont littéralement minutées ! – entre les constructeurs de stands, les fournisseurs et les entreprises de transport. Sans oublier les activités de surveillance pendant le salon, au même titre que le contrôle des entrées et l’orientation des flux de visiteurs. Enfin et surtout, des scénarios méticuleusement préparés permettent de prévenir d’éventuelles urgences médicales, évacuations d’urgence, tempêtes et attaques, incluant une collaboration avec la police, les pompiers et les autorités locales élaborée dans ses moindres détails.

La collaboration comme critère clé de succès

Depuis ses débuts, la Berufsschau bénéficie des services des mêmes experts et professionnels de la sécurité. Edition après édition, les deux équipes de projet élargissent leur collaboration et affinent concepts et approches. Pendant le salon, tous les processus liés à la sécurité font l’objet d’une évaluation détaillée et de rapports précis. Toutes ces données sont immédiatement intégrées dans le travail de planification de la prochaine édition.
Urs Berger : « Fortement impliquée, l’équipe de Protectas nous livre en continu des suggestions concrètes et veille à nous informer des plus récents développements technologiques. » Dernier exemple en date : le recours aux RVS (Remote Video Solutions). Mise en place à la recommandation de Protectas en 2017 déjà, la télé- et la vidéosurveillance se sont avérées si performantes qu’elles seront utilisées non seulement à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur des tentes lors de la prochaine édition. L’anecdote suivante illustre d’ailleurs bien la pertinence du recours aux caméras : un soir en marge du salon, les caméras ont capté des nuisances sonores et des mouvements en provenance du centre de jeunesse voisin. Ainsi alertée, la centrale d’intervention a demandé au groupe de quitter les lieux par l’intermédiaire des haut-parleurs intégrés aux caméras, provoquant le départ immédiat et sans dégâts des jeunes complètement surpris.
 

« Nous nous réinventons à chaque édition »

Agendée à Liestal du 23 au 27 octobre 2020, la prochaine édition de la Berufsschau réserve d’ores et déjà une large place à l’interactivité dans la présentation du monde du travail. Séduire et convaincre tous les deux ans une nouvelle « génération » de futurs apprenti-e-s n’est en effet pas une sinécure. Urs Berger : « Pour toucher les jeunes, nous misons délibérément sur les contenus numériques. La Berufsschau dispose de son propre site internet, publie des informations via les réseaux sociaux et informe ses visiteurs et visiteuses par l’intermédiaire de codes QR et d’une application dédiée. » Par ailleurs, l’ensemble des échanges avec les exposants et les entreprises partenaires se fait exclusivement par voie numérique : chaque stand dispose de son dossier électronique contenant toutes les informations pertinentes, les directives de sécurité spécifiques et les statistiques relatives aux données visiteurs en continu. Idem pour les compagnies de transport qui mettent à disposition des trains et des cars spéciaux et qui reçoivent toutes leurs instructions en ligne. « Recourir systématiquement à des processus numériques nous permet de garder une vue d’ensemble tout en contribuant à la durabilité de l’événement », précise le président du CO, par ailleurs grand défenseur des principes d’amélioration continue (« Kaizen ») et fervent avocat de l’innovation.

 

 

Contactez-nous
*
*
*
*

Comment voulez-vous être contacté ?

*
*